Antidépresseur, inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine

 

Qu’est-ce qu’un neurotransmetteur?

La sérotonine est un neurotransmetteur au même titre que noradrénaline, la dopamine ou encore le GABA dont vous avez probablement entendu parler. Un neurotransmetteur est une substance qui est libérée par un neurone au moment où il est activé et qui va avoir une action spécifique sur le neurone suivant.

La sérotonine existe sous forme d’hormone stockée dans les plaquettes, un des éléments du sang qui sert notamment à la coagulation. On va s’intéresser principalement à la sérotonine neuronale qui ne représente que 1 à 2 % de la sérotonine totale du corps, mais qui pourtant une action très importante.

Quand on a découvert que la sérotonine existait au niveau du système nerveux central, on a très rapidement émis l’hypothèse qu’elle jouait un rôle important au niveau psychologique. Les chercheurs ont dans ce sens essayé de mettre au point des molécules pour interférer sur ce système et c’est d’ailleurs comme ça que l’Imipramine le premier antidépresseur a vu le jour. À la base le concepteur pensait faire un antipsychotique.

serotonine

La dépression est une maladie qui peut toucher tous le monde:

La dépression est une maladie, ça ne touche pas que les faibles. Suite à la découverte des neurones sérotoninergique et surtout suite à la conception par hasard du premier antidépresseur, on a rapidement émis l’hypothèse que la dépression pouvait être lié à un manque de sérotonine.

Les laboratoires pharmaceutiques, ce sont dons empressé d’essayer de synthétiser tout un tas de molécules qui pourrait interagir avec ce système. Dans un premier temps, ils ont essayé tout simplement d’augmenter la quantité de sérotonine en l’ingérant, mais le problème est que le cerveau est protégé par la barrière hématoencéphalique. C’est une barrière très sélective qui laisse passer très peu de chose et il se trouve que la sérotonine ne la franchit pas.

L’injection de sérotonine aurait donc un effet périphérique, mais en revanche, le tryptophane lui franchit la barrière hématoencéphalique et les chercheurs se demandent si en augmentant les dose de précurseurs, on arrive à augmenter la transmission des sérotoninergiques.

Enfin les chercheurs ont mis au point les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, qui permettent de prolonger l’effet de la sérotonine au niveau de la fente synaptique en empêchant tout simplement qu’elle rentre dans le neurone de base.

Parmi les sociétés qui produisent ce genre de médicament utilisé généralement pour soigner les dépressions nerveuses. Il y a Lundbeck France, une société pharmaceutique  dirigée par Marie-Laure Pochon (a voir ici).